'The Deuce' Review: La saison 3 termine une histoire magnifique que seule la télévision pourrait raconter

Maggie Gyllenhaal dans «The Deuce»

Paul Schiraldi / HBO

La construction du monde est un sujet qui a tendance à venir avec des sagas de science-fiction ou des épopées fantastiques, mais 'The Deuce' est l'un des exemples les plus impressionnants de la mémoire récente. Non seulement le drame de HBO a immédiatement plongé le public dans un fac-similé historique de la 42e rue, à Manhattan, avec XXX théâtres et habitants de la nuit en abondance, mais les créateurs David Simon et George Pelecanos, aux côtés de leur partenaire de production Nina Noble et d'un chef d'équipe de premier ordre par le concepteur de production Scott Dougan, a reproduit la soi-disant transformation de Deuce sur trois périodes distinctes: d'abord en 1971, puis dans les jours porno haut de gamme de 1977, et enfin dans les années 80 turbulentes, en particulier en 1985, alors que le quartier est sur le point à transformer.



En termes de pure valeur artistique, ces touches ne peuvent pas être louées suffisamment. 'The Deuce' ne rompt pas le budget, par rapport aux autres succès du Home Box Office, mais c'est une expérience étonnante et transportante à chaque épisode. Plus important encore, cette atmosphère envoûtante permet à Simon et Pelecanos de mettre en œuvre une structure de narration inhabituelle; une approche capsule temporelle qui relate les moments les plus importants de son histoire et de ses personnages, comme toute autre chose, mais qui ne promet pas de frissons immédiats, de conflits constants ou de votre construction épisodique traditionnelle vers un crescendo.

La vie continue dans 'The Deuce', comme c'est le cas pour de nombreuses séries précédentes des créateurs. Mais le développement de ces personnes, de leurs entreprises (légales et moins), ainsi que de la culture qu'elles façonnent, présente un drame humain captivant - à tel point que, même s'il est clair pourquoi «The Deuce» se termine dans la saison 3, on a l'impression comme un spectacle qui pourrait durer éternellement. Et vous le souhaiteriez.

Nous sommes en 1985. La production de porno commence à se diriger vers l'ouest, où de meilleures conditions de travail et des cinéastes expérimentés créent un environnement plus prospère que les rues délabrées et animées de New York. De plus, les films eux-mêmes ne sont pas aussi aventureux qu’autrefois; le type d’art et d’art érotique Candy (Maggie Gyllenhaal) spécialisé à la fin des années 70 a été jugé trop cher et trop ambitieux pour la clientèle souhaitée. Et, malgré l'insistance et les efforts continus de Candy, cette clientèle est toujours considérée comme un homme.

Zoe Kazan dans «The Deuce»

rick and morty saison 3 rickmancing the stone

Paul Schiraldi / HBO

Ainsi, la question toujours égoïste et égoïste émerge à nouveau: que veulent les hommes '>

Peut-être, surtout si son frère continue de vivre dangereusement. Frankie, le jumeau troublant des deux, a trouvé un peu de réconfort domestique, mais cela ne l'empêche pas de se bousculer. Toujours aux jeux de hasard, la sympathique poule a élargi ses activités secondaires pour inclure le trafic de drogue - un non-non définitif pour le patron de la mafia Rudy (Michael Rispoli), et un grand contributeur aux retombées sur le Deuce, qui a attiré l'attention de Gene Goldman ( Luke Kirby), un politicien travaillant avec le détective Alston (Lawrence Gilliard Jr.) pour nettoyer le quartier, de sorte que de grandes entreprises légitimes peuvent passer.

L'intégration parfaite de ces scénarios peut également être observée dans le reste des sous-intrigues. Paul (Chris Coy) doit faire face à l'épidémie de sida qui traverse son bar, sa communauté et son pays. Bobby (Chris Bauer) est paniqué par la possibilité même qu'il puisse être infecté, tandis que les préservatifs deviennent une partie plus vitale du porno, de la prostitution et des branchements. Abby essaie de prendre un poste de plaidoyer vocal, luttant pour les droits de tous ceux qu'elle connaît (ainsi que d'un groupe d'artistes en plein essor), tandis que Lori (Emily Meade) fait les choses dans la vallée de San Fernando, obtenant le traitement royal on part vers l'ouest par rapport à ce qui lui est imposé sur la côte opposée.

Luke Kirby et Lawrence Gilliard Jr. dans «The Deuce»

l'examen de la longue nuit

Paul Schiraldi / HBO

Pourtant, l'amélioration des conditions de travail ne signifie pas une amélioration de la qualité à l'écran. Candy, créative, souffre. Ses rêves de transition du porno vers le cinéma légitime s'assombrissent avec les lumières de la 42e rue. Ses conversations avec Harvey (David Krumholtz) sont élevées, car elles accueillent de nouveaux Kurosawa au Film Forum, mais reviennent sur Terre au moment des affaires. Comment Candy peut-elle trouver un épanouissement artistique alors que le porno qu'elle a travaillé si dur pour faire de la randonnée revient au charbon une fois caché dans des salles de cinéma sombres '>

Catégorie: A-

'The Deuce' Saison 3 en avant-première le lundi 9 septembre à 22 h. sur HBO.

Top Articles

Catégorie

La Revue

Traits

Nouvelles

Télévision

Boîte À Outils

Film

Festivals

Commentaires

Prix

Box-Office

Entrevues

Clickables

Listes

Jeux Vidéos

Podcast

Contenu De La Marque

Pleins Feux Sur La Saison Des Récompenses

Camion De Film

Influenceurs