Critique de «Happy Death Day 2U»: Jessica Rothe donne toujours un coup de pied dans une suite désordonnée de purée de genre

'Jour de la mort heureuse 2U'



Blumhouse / Universal Pictures

Tout le monde sait que la surprise de Christopher Landon en 2017, 'Happy Death Day' - un drôle et frais 'Groundhog Day' pour le jeu d'horreur - a relaté les retombées d'une boucle de la chronologie visqueuse qui a touché une seule personne, mais ce que 'Happy Death Day 2U' présuppose est, si c'est ne pas vrai? Du moins, c'est ainsi que commence la suite de Landon, s'approchant du trope à répétition qui a piloté le premier film (et, oui, 'Groundhog Day' et des tas d'autres imitateurs), imaginant qu'un autre étudiant de l'Université Bayfield est coincé dans une boucle qui redémarre seulement après leur mort horrible. C'est une idée assez belle, mais dès le début, le propre script de Landon est en contradiction avec ses objectifs, comprenant trop tard qu'il nuit à ce qui a toujours été la meilleure partie de la nouvelle franchise: la star Jessica Rothe.



Alors que les scènes d'ouverture du film donnent l'impression que cette itération se concentrera sur le colocataire spacieux de Carter (Israël Broussard) Ryan (Phi Vu), qui n'a fait que de brèves apparitions dans le premier film, Landon finit par écarter tous les points de l'intrigue dans lesquels il s'est installé. faveur de retourner l'attention sur Rothe's Tree Gelbman. C’est un choix finalement intelligent, mais c’est un choix déconcertant, compte tenu de tout le travail nécessaire pour introduire Ryan comme la star de cet épisode. Comme le premier film, 'Happy Death Day 2U' s'ouvre sur une matinée apparemment régulière qui se traduit par une mort vicieuse, seulement pour réinitialiser et recommencer, au grand désarroi de son personnage central.



Dans l'acte d'ouverture, Ryan endure sa propre série de poinçons matinaux - tandis que Tree affrontait un pétition-croustillant, un couple aimé, des garçons de fratrie assiégés et une alarme de voiture très bruyante, Ryan est aux prises avec une autre équipe hétéroclite de les contrariétés précoces qui le renvoient à la nature répétitive de sa vie - bien qu'elles le conduisent toutes directement à Tree et Carter, qui sont à nouveau pris au piège dans une boucle temporelle. Les tentatives pour donner un sens aux événements du premier film dans un contexte scientifique réel (Ryan se trouve qu'il a inventé une machine qui crée accidentellement des boucles de temps, puis de nouvelles dimensions entières) tombent généralement à plat.

Lorsque 'Happy Death Day 2U' est à son plus agréable, il exige que le public abandonne la logique et se soumette entièrement au pouvoir d'une histoire divertissante (quelque chose que le premier film a fait mieux et avec plus de zip), mais cela ne signifie pas le film doit être décroché lorsqu'il s'agit de donner un sens, même dans les traits les plus larges. Et tandis que le sens de l'humour stupide qui a fait du premier film un cri aussi surprenant est intact, la suite se déroule en désordre entre l'horreur, le mystère, le thriller, le drame, la science-fiction et la romance, sans jamais s'installer complètement dans aucun genre.

jeu des trônes s7e5



Au niveau le plus élémentaire, cependant, 'Happy Death Day 2U' est une comédie d'horreur qui se penche dur dans la science-fiction, supprimant finalement la perspective de Ryan et renvoyant Tree (et seulement Tree) là où tout a commencé: son anniversaire, le décor du premier film. Sauf que cette fois-ci, ce n'est pas une boucle temporelle au travail, mais une toute autre dimension, celle dans laquelle une poignée d'éléments clés ont été modifiés, et Tree doit se contenter de ne pas être assassiné (encore) et de décider quelle dimension lui convient . C'est une tournure natty et bizarre sur des concepts similaires, une sorte de spin sur 'c'était tout un rêve' qui permet de revivre des séquences entières et des personnages extrêmement morts de revenir, très vivants.

Les favoris des fans comme la sororité signifient que la fille Danielle (Rachel Matthews) est de retour, tandis que la colocataire de Tree Lori (Ruby Modine) obtient littéralement un nouveau souffle et même le Dr Gregory Butler (Charles Aitken), plus effrayant et sexy, obtient plus de dimension, eh bien , cette autre dimension. Tree commet à nouveau certaines des mêmes erreurs, et le film lui-même commence à doubler ses impulsions les plus agréables, comme un montage à bout de souffle qui suit Tree alors qu'elle se tue de manière créative à la fin de chaque journée (elle en a tellement marre d'être assassinée), une nouvelle version d'un montage similaire dans le premier film, qui concernait Tree essayant de trouver son tueur et étant offensé à plusieurs reprises dans le processus.

Quand ça marche, ce n’est jamais mieux qu’un rechapage amoureux des plaisirs du premier film; quand ce n'est pas le cas, c'est un gros coup de tête, un film qui existe pour faire avancer une franchise qui semble avoir déjà perdu son chemin. Bien qu'il soit peut-être trop tôt pour une autre réinitialisation, Tree et ses boucles temporelles méritent mieux qu'une réorganisation bâclée qui ne se souvient pas de ce qui a fait vibrer la première.

Qualité: C-

Universal Pictures publiera «Happy Death Day 2U» le mercredi 13 février.



Top Articles

Catégorie

La Revue

Traits

Nouvelles

Télévision

Boîte À Outils

Film

Festivals

Commentaires

Prix

Box-Office

Entrevues

Clickables

Listes

Jeux Vidéos

Podcast

Contenu De La Marque

Pleins Feux Sur La Saison Des Récompenses

Camion De Film

Influenceurs