Revue «Heureux!»: Ho-Ho-Holy Smokes, l'histoire de Noël de Patton Oswalt en couple étrange est une folie divine

Syfy



Quelques secondes seulement après le premier épisode, 'Happy!' presque gagne le point d'exclamation dans son titre. Alors que Nick Sax (Christopher Meloni), un ancien flic en disgrâce avec de l'alcool dans les veines, regarde dans un miroir de bar sale, il sort deux pistolets de ses poches et lui souffle l'arrière de la tête.

C’est une bonne chose - en utilisant la logique étrange de la scène - compte tenu de la quantité de sang retenue par le sommet du crâne de Sax. Un flot de pulvérisations rouges de son crâne ouvert comme de l'eau jaillissant d'une bouche d'incendie éclatée, et la réaction joyeusement exubérante de Sax se reflètent dans le nouvel environnement autour de lui. Alors que ses entrailles peignent le plafond, un groupe de danseurs à moitié nus virevolte autour du flic lobotomisé vers une version électro-teintée de 'Jingle Bells'.



C'est le temps de Noël, après tout.



Que Sax revienne ou non à la réalité est une question que les téléspectateurs répondront d'eux-mêmes en tant que pilote, et probablement toute la première saison. Est-il mort? Est-il vivant? Est-il fou, ou est-il le seul homme sain d'esprit au monde? Demandez tout ce que vous voulez, mais les réponses ne sont pas si importantes. 'Heureux!' N'est pas un spectacle à prendre très au sérieux, mais plutôt à choquer, divertir, provoquer et étonner. À travers deux épisodes, il parvient à en faire assez des quatre pour justifier un examen plus approfondi, même s'il doit encore aller plus loin s'il veut être aussi fou de putain de fou que son point d'exclamation - et licorne volante animée - implique.

Nous reviendrons à la licorne dans une minute. Commençons par Nick Sax. Sax était un flic, mais une honte très publique et une crise très personnelle l'ont conduit à quitter la force et à entrer dans un concert privé. Non, il ne travaille pas à la sécurité au stade de football ou ne poursuit pas P.I. conseils sur les dames à deux temps. Sax est un tueur à gages professionnel qui aime la nature désordonnée de son nouveau travail. (Voir la co-vedette Patrick Fischler ci-dessous.)

Pour commencer la série, il a été engagé pour sortir quelques enfants mafieux. Il y a une trame de fond impliquant plus d'allusions à la violence graphique et à des événements troublants, mais ce qui importe, c'est comment son interaction avec les enfants de la foule le transforme en un homme recherché par plus d'un prétendant. Sax est en fuite tout au long des deux premiers épisodes, et il n'y a aucun signe qu'il ralentira jamais.

Mais tout ce truc de la foule est vraiment secondaire à la vraie mission de Nick: avec l'aide d'un ami imaginaire d'une petite fille, Sax est sur le point de tuer le Père Noël. Pas vraiment. Tout 'Happy!' A lieu pendant la saison des vacances, et il y a un homme d'âge moyen effrayant et vêtu de jolies fils délabrés de Saint Nick qui prennent des enfants à leurs parents.

Et cela nous amène au personnage principal, Happy. Exprimé par Patton Oswalt, le cheval bleu volant - la licorne, vraiment, étant donné la corne sur sa tête - est l'ami imaginaire d'un enfant qui a été envoyé pour trouver Sax et le faire aider à sauver tout le monde. Et contrairement à l'ex-flic austère, le cheval miniature ailé est innocent, positif et essaie sans relâche d'aider. Les deux forment un couple étrange classique et mignon, et Happy en fait certainement un partenaire mémorable.

Le timing entre Meloni et Oswalt n'est pas encore tout à fait gélifié, mais les deux interprètes livrent eux-mêmes un travail impressionnant. Oswalt voix Heureux dans l'espace délicat entre se moquer et embrasser les dessins animés Disney cotés G; le petit cheval est si innocent, si bon, si doux, que le tour d'Oswalt doit embrasser cette pureté tout en contrastant consciemment la folie dépravée qui l'entoure. Il le trouve régulièrement, tandis que le tour de Meloni est également conscient de lui-même. Malgré toutes les grincements de dents hystériques et l'excitation effrénée, il trouve des moments pour ancrer Sax d'une manière qui ne le prive pas de son élément.

Le rythme rapide l'aide certainement à y rester. En moins d'une heure, il y a des voyous de la foule à la recherche de Sax, des flics à la recherche de Sax, des membres en colère de son passé à la recherche de Sax - et Sax cherche lui-même pas mal de choses: boissons, drogues, une tasse de café, des occasions défibrillation. Il prendra tout ce qu'il peut pour continuer parce que Sax est comme Liam Neeson dans un train: il est sans arrêt. Meloni le joue comme fatigué, mais pas trop fatigué; patient, mais pas trop patient; tendu, mais - Vous comprenez. Meloni fait de Sax un fou fou, s'identifiant aux éléments qui l'entraînent autant que la petite étincelle de flamme qui alimente toujours son bon cœur bien caché.

Dans une tentative pour égaler le rythme inflexible de Sax, 'Happy!' Peut souvent donner l'impression de marcher dans un cliché. Le flic en disgrâce. L'arc de rédemption. Les menaces vides et les balles sans fin. Sans gâcher quoi que ce soit, la torsion à la fin de la première aurait fait plus de mal que de bien si ce n'était le regard rempli de pathos que Meloni donne à son informateur. Il y a même une métaphore visuelle inutile et erronée dans l'épisode 2 à cause de cela.

Mais c'est le coût du bedlam: c'est presque comme si la nécessité de renverser le public avec la violence et le sang nécessitait un fondement narratif facilement compréhensible. Pour tous les tromperies délicieuses, le public doit peut-être de temps en temps reconnaître un archétype familier pour ne pas se sentir perdu.

C'est du moins ce que l'on ressent dans l'adaptation de Patrick Macmanus et Brian Taylor au roman graphique de Grant Morrison et Darick Robertson. Au mieux, 'Happy!' Vole vers quelque chose de plus grand que ce qu'il trouve dans ces deux premiers épisodes; un point ou une connexion ou une vanité originale au-delà de la nature divertissante et exagérée de son histoire principale. Au pire, c'est simplement jeter un tas de sang sur le mur et espérer que le choc est ce qui colle. Quoi qu'il en soit, il sera amusant de voir à quel point la série Syfy peut devenir folle avant de exploser.

Catégorie B

«Happy» Saison 1 en avant-première le mercredi 6 décembre à 22 h. ET sur Syfy.

x files saison 11 revue


Top Articles

Catégorie

La Revue

Traits

Nouvelles

Télévision

Boîte À Outils

Film

Festivals

Commentaires

Prix

Box-Office

Entrevues

Clickables

Listes

Jeux Vidéos

Podcast

Contenu De La Marque

Pleins Feux Sur La Saison Des Récompenses

Camion De Film

Influenceurs